EPFL Pavillions

Place Cosandey – the main open space of the EPFL campus

The first stage of the EPFL campus was organized by a potentially infinite spacial and functional grid. But what was meant to be a highly flexible and open scheme turned out to be highly problematic, resulting in mainly backside situations. Most of the later extensions of the EPFL sought to change this urbanistic typology by formulating an end to the endless grid.

Due to the recent and ongoing efforts to infuse a sense of the ground level to the campus, place Cosandey and its surrounding grassy fields are the main open spaces at ground level at the EPFL today.

Three complementary programs vertically combined into one exciting object

The three pavilions, with a surface area of over 3’000 m2, or about one third of place Cosandey, have very different potentials of interaction with their surroundings. A vertical organization of the three programs not only minimizes the use of the limited campus surface, but makes use of the specific way that each pavilion interacts with the campus.

Due to its size and program, the Montreux Jazz Lab has the potential to be the new hotspot of EPFL social life around the clock. The potential of the other two pavilions for interaction with the outside is quite different due to their need for security, privacy, and their frequency of use.

Sound Garden – Public stages as an extension of the Montreux Jazz Lab

The vertical organization of the three pavilions not only sets each pavilion up under the best conditions for its program, but also creates an additional outdoor space on the roof of the Jazz Lab. This series of vegetated platforms has a high potential for the EPFL and its visitors as a stage for experimental performances, animating and urbanizing the campus.

The Montreux Jazz Lab – Sometimes a club and sometimes a grand café

The Montreux Jazz Lab contains a multitude of stages for performers as well as for spectators, some inside and some out; some of them big, others small. A wide variety of layouts will allow for specific ambiance for each type of performance or event.

During the majority of the week, the big central stage will be used as an elevated seating area of the “grand  café.” During concerts, spatial and acoustical divisions between the central space and the surrounding areas can be established by elements of the bar as well as by a series of mobile walls.

The restaurant, “Backstage,” has an entity of its own but it is linked to the Montreux Jazz Lab by a spatious “Backstage” corridor that is considered to be another stage, a junction where all the different functions of the Jazz Lab can collide.

The Cultural and Artistic Pavilion

The main element of this pavilion is one large exhibition space with natural, zenithal light and no structure besides the enclosing walls and the three cores. This is possible because the exhibition floor is supported by the technical floor directly beneath it. This technical floor is in many respects the opposite of the exhibition floor: it is characterized by many very visible elements of structure and technical elements. Nevertheless, there is a scenographical use of the lower supporting floor which can be integrated into a show if wished and be used to contrast the more generic aspect of the white cube.

The Welkom Pavilion – Up in the air, where else?

The Rolex Learning Center added not only a new program to the EPFL campus, but it came to stand as a visual symbol of the new self-understanding of the school. More precisely, it is the roof of the Rolex Learning Center that became the icon of EPFL. Creating a high point to be able to survey an area is as simple as it is efficient, but next to the Rolex Learning Center anything else seems to miss out on an obvious opportunity.

To provide an unobstructed, 360o view around the pavilion, the roof is made of an über-light structural material, Fiber Reinforced Polymer (FRP). In addition to its astonishingly thinness, FRP gives a very specific architectural language to the new building.

La place Cosandey – principale esplanade ouverte sur le campus de l’EPFL

La première phase du campus de l’EPFL a été organisée selon une grille développée pour son potentiel spatial et fonctionnel infini. Mais cette configuration, supposée hautement ouverte et flexible, s’est en fait avérée très problématique, produisant de nombreuses situations d’espaces résiduels. Ainsi, la majorité des extensions récentes de l’EPFL a tenté de contourner cette typologie urbanistique en essayant de formuler un aboutissement à cette grille sans fin.
Suite à des efforts récents et persistants d’insuffler une nouvelle perception du niveau du sol sur le campus, la place Cosandey et ses pelouses alentours constituent aujourd’hui les espaces publics principaux sur le sol du campus de l’EPFL.

Trois programmes complémentaires combinés verticalement en un objet étonnant

Les trois pavillons, d’une surface totale de plus de 3000 m2, soit environ un tiers de la place Cosandey, proposent des potentiels d’interaction très différents avec leurs abords. Une organisation verticale de ces trois programmes minimise non seulement leur utilisation de la surface limitée du sol, mais celle-ci participe surtout de la manière spécifique dont chaque pavillon interagit avec le campus.
Due à sa dimension et à son programme, le Montreux Jazz Lab a le potentiel de devenir le nouveau lieu phare de la vie sociale à l’EPFL à toutes heures de la journée. Le potentiel d’interaction avec l’extérieur des deux autres pavillons est assez différent, due à leur besoin de sécurité, d’intimité, et à leur fréquence d’usage.

Jardin sonore – Scènes publiques pour une extension du Montreux Jazz Lab

L’organisation verticale des trois pavillons non seulement positionne chaque pavillon dans les conditions optimales de son programme, mais créé également un espace extérieur supplémentaire sur le toit du Jazz Lab. Cette série de plateforme végétalisées propose un potentiel fort pour l’EPFL et ses visiteurs, comme une scène pour des performances expérimentales, animant et urbanisant le campus.

Le Montreux Jazz Lab – Club ou grand café

Le Montreux Jazz Lab contient une multitude de scènes dédiées autant aux artistes qu’aux spectateurs, situées parfois dedans, parfois dehors, certaines étant grandes, d’autres plus petites. Une grande variété des configurations permettra ainsi une ambiance spécifique à chaque type de performance ou d’événement.
Durant la majorité de la semaine, la grande scène centrale sera utilisée comme un espace surélevé intégré au grand café. Pendant les concerts, des séparations spatiales et acoustiques entre l’espace central et les zones alentours pourront être établies par des éléments du bar et par une série de murs mobiles.
Le restaurant, “Backstage”, constitue une entité en tant que telle, tout en étant liée au Montreux Jazz Lab par un couloir « coulisse » spacieux considéré comme une scène alternative, un lien où l’ensemble des fonctions multiples du Jazz Lab coïncident.

Le Pavillon culturel et artistique

L’élément principal de ce pavillon est un large espace d’exposition éclairé largement par une lumière naturelle zénithale, libre de toute structure hormis les murs d’enceinte et les trois noyaux de circulation verticale. Cet espace d’exposition est en fait supporté par un sol technique – l’opposé de ce sol d’exposition : il est caractérisé à l’inverse par de nombreux éléments techniques et structurels largement visibles. Néanmoins, un usage scénographique de ce niveau support peut être tout-à-fait envisagé, celui-ci peut être intégré à souhait dans une exposition et être utilisé en contraste avec l’aspect plus générique du cube blanc.

Le Pavillon Welkom – La haut dans le ciel, what else ?

Le Rolex Learning Center a non seulement ajouté une programmation nouvelle au campus de l’EPFL, mais il est aussi devenu un symbole visuel d’une nouvelle compréhension de ce qu’est l’école. Plus précisément, c’est le toit même du Rolex Learning Center qui est devenu l’icône de l’EPFL. Créer un point fort pour être capable de révéler un espace est une stratégie aussi simple qu’efficace, mais toute construction, à côté du Rolex Learning Center, semble manquer cette opportunité pourtant évidente.
Ainsi, pour proposer une vue panoramique dégagée autour du pavillon, le toit du bâtiment est conçu dans un matériau structurel extrêmement léger, en polymère renforcé par des fibres (FRP). En plus de sa finesse étonnante, le FRP donne un langage architectural très spécifique à ce nouvel édifice.